Tout savoir à propos de la circulation des marchandises sur le territoire européen

Depuis quelques années, le transport des marchandises sur le territoire de l’UE connaît un dynamisme intéressant. Les pavillons allemands et polonais sont en grande partie concernés par ce phénomène. En France des efforts sont aussi entrepris visant à optimiser la circulation des biens. Voici un zoom sur cette situation évolutive.

La circulation des marchandises en Europe

Les articles 34 et 36 du traité sur le fonctionnement de l’UE définissent la libre circulation des marchandises. Ils reposent sur l’élaboration de normes, procédures et règles communes à toutes les Etats membres. L’objectif étant de permettre aux entreprises un accès libre à l’immense marché de l’Europe. Pour précision, ce dernier est enrichi par l’existence de 500 millions de consommateurs.

L’harmonisation des règlements techniques au niveau européen garantit la libre circulation des produits. Le principe de « reconnaissance mutuelle » prend le relais en cas d’absence de législation harmonisée. Il souligne qu’un produit légalement commercialisé dans un Etat membre de l’UE peut l’être dans tous les autres. La seule contrainte insiste sur l’obligation de respecter les exigences impératives d’intérêt public.

Ces textes ont alors facilité les transports  des biens dans l’ensemble du territoire européen. Néanmoins, des dispositions nationales non harmonisées peuvent régir certains produits. Chaque fiche produit devrait aussi contenir les informations utiles pour faciliter la circulation. Ainsi devrait, par exemple, figurer sur la fiche la réglementation française et/ou européenne applicable. La fiche doit également présenter les coordonnées des administrations chargées d’appliquer cette législation.

Comment évolue le TRM sur le territoire européen ?

Par rapport à 2016, le transport routier de marchandises en Europe a augmenté de 4,6% en 2017. Cette évolution est causée en partie par le dynamisme de l’activité du pavillon polonais. Ce dernier a même devancé l’activité du pavillon allemand, réputée pour sa progression. Le dynamisme des pavillons des pays de l’Est est généralement à l’origine d’une progression de +6,6%.

Le cabotage dans chaque pays représente environ 17% de l’activité nationale du TRM en Europe. Dans leur propre pays, l’activité nationale des pavillons affiche une croissance de 3,7%. Les transports routiers de marchandises en France connaissent également une hausse en 2017. Ils ont progressé de 8,6%, leur permettant d’atteindre le quatrième rang.

En France, le cabotage connaît aussi une nette évolution. Il se renforce en volume pour atteindre 6,9% du transport national. Comme dans les autres pays, ce dynamisme demeure favorable pour l’ensemble du secteur du TRM. Il permet d’expliquer pourquoi le secteur fait partie encore de ceux qui recrutent en France. Par ailleurs, la plupart des conducteurs qui font dans le TRM ont moins de 40 ans.

Zoom sur le cas de la France

La France a entrepris d’énormes efforts pour assainir les infrastructures de transport. La longueur des routes est passée de 963 451 km à 1 092 913 km entre 1996 et 2016 en France métropolitaine. La longueur totale des autoroutes s’est accrue de 35% depuis 1996. Les routes communales ont connu une croissance de 23%. En comparaison des pays limitrophes, la France dispose d’un réseau routier particulièrement dense et long.

Les efforts entrepris ont contribués aux Les transports routiers de marchandises. Malgré cela, le TRM se réalise en principe sur de courtes distances. Environ 57% des volumes des marchandises sont transportés sur moins de 50%. 78% des volumes le sont sur moins de 150 km.

Près de 1,6 milliards d’euros sont investis dans le secteur du TRM en France. Ce milieu regroupe environ 37 200 d’entreprises dont la moitié opère en transport régional. La part des sociétés qui font dans le déménagement est seulement de 4%. Ce taux est identique à celui pour la location de véhicule avec conducteur. Enfin, il faut savoir que la France aussi connaît le problème des trajets à vide pour le transport routier.